Antiquaire à Beaulieu sur Mer – France

Grande Jardinière à décor orientalisant

Attribuée à Georges Emile Henri SERVANT (1828-vers 1890)
D’après un modèle d’Edouard LIÈVRE (1828-1886)
Paris, vers 1878

Récente acquisition d’Androt & Fils, cette jardinière spectaculaire, d’une très grande profusion ornementale, illustre la maîtrise et le savoir-faire des bronziers d’art parisiens de la seconde moitié du XIXème siècle, et l’inspiration qu’ils puisaient dans l’utilisation de matériaux originaux et de décors exotiques.

La large monture en bronze doré à motifs de consoles, volutes, chimères et feuillages de bambou, est en partie basée sur les modèles conçus par Édouard LIÈVRE (1828-1886), l’un des dessinateurs-ornemanistes les plus talentueux de son temps, précurseur du japonisme.
Enchâssée dans cette armature de bronze, la caisse en marbre onyx est ornée d’importants émaux cloisonnés aux dessins floraux et végétaux d’inspiration orientale, d’une remarquable finesse d’exécution.

L’emploi de l’onyx se développa dans les années 1860 suite à la découverte de carrières de ce précieux marbre translucide dans la province d’Oran. Le marbrier Del Monte, originaire de Carrare, effectua cette découverte par hasard lors de fouilles archéologiques : il céda par la suite sa concession à la Compagnie des Marbres et Onyx d’Algérie, installée à Paris.

La comparaison de cette œuvre avec une autre jardinière conservée en mains privées et portant la signature G. SERVANT Médaille d’Or 1867, permet de l’attribuer à Georges Émile Henri SERVANT (1828 – vers 1890).

Georges Émile Henri SERVANT

Établi 137, rue Vieille-du-Temple à Paris, ce grand bronzier se spécialise dans la production de pendules néo-Égyptiennes et d’objets décoratifs de style Grec, alors très populaires grâce aux progrès de l’archéologie. Reconnu par le public et la critique lors des expositions internationales de 1855 (Paris) et 1862 (Londres), il est récompensé par une Médaille d’Or à l’Exposition Universelle de Paris en 1867, et obtient la consécration en devenant chevalier de la Légion d’Honneur en 1874. A l’Exposition Universelle de 1878, dont il est rapporteur et membre du Jury, il expose des vases et des pièces de mobilier qui suscitent une fois de plus l’admiration des visiteurs. Il prend finalement sa retraite peu avant l’Exposition Universelle de 1889.

Période
Vers 1878
Matière
Bronze doré, émaux cloisonnés polychromes et onyx
Dimension
H. 30,5 cm x L. 54 cm x P. 34 cm
Auteur
Georges Émile Henri SERVANT